Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE 32 DEUCHE CLUB

LA GASCO-DEUCHE 2013

30 Août 2013 , Rédigé par Lumaga

     Si nul n’ignore que Saint Clar est une ancienne bastide fondée en 1274, si nul n’ignore que ce chef-lieu de canton à dominante rurale doit son nom à Saint-Clair, premier évêque d’Albi, martyrisé à Lectoure, si nul n’ignore que cette bourgade constitue le premier centre de production d’ail du Gers,  nombreux sont ceux qui apprendront que cette commune accueillante devient chaque jour un peu plus le fief de la 2CV dans le grand Sud-Ouest.

          La dernière Gasco-Deuche mise sur pied les 24 et 25 août derniers témoigne de cet état de fait.

LA GASCO-DEUCHE 2013

          Pour la trentaine de bénévoles responsables de l’organisation de cette manifestation, les hostilités débutent dès le vendredi 23 au matin. Il y a lieu, dans un premier temps, de prendre ses repères et d’essayer de s’installer le plus confortablement possible pour un week-end prolongé sur le stade aimablement mis à la disposition des deuchistes par la municipalité. Lorsqu’elle est restée pliée depuis un an, remonter une tente demande réflexion et concentration d’autant que peu partagent le même modèle de « cabane textilée ». A l’issue de nombreuses tergiversations le village de toile prend forme. Les noms d’oiseaux laissent place à un vocabulaire plus élaboré, chacun se promettant de faire mieux l’année prochaine…

LA GASCO-DEUCHE 2013

          Vers onze heures, certaines dames quittent le camp. Elles se dirigent vers « l’épicerie » locale afin d’effectuer les courses indispendables pour le déjeuner. D’autres rejoignent le groupe des beaux « mâles » pour ériger le chapiteau qui constituera, le lendemain, le point d’accueil des deuchistes. L’ambiance est laborieuse mais débonnaire. Pour l’instant les prévisions météorologiques se confirment: il semblerait que le ciel n’ait pas envie de pleurer aujourd’hui… Pourvu qu’il en soit ainsi plus longtemps!!!! 

          A l’issue de ce premier exercice plus ou moins musculaire, il s’agit de monter la buvette indispensable pour éviter aux deuchistes tout phénomène de déshydratation. Là encore, l’affaire est rondement menée: les bras et le bon sens ne manquent pas!

LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013

          Aux environs de treize heures, la pause s’impose. Les boites à langoustes crient famine. Pierre-Yves, impertubable, s’acharne sur l’ordinateur, finalisant ainsi le travail commencé mais pas encore terminé. Pourvu que l’imprimante ne fasse pas un caprice!!!!!

         Cette interruption du travail laisse place à un apéritif bien mérité et au déjeuner préparé, en partie par la gent féminine, en partie, par les « velus de la plancha » qui s’acharnent pour le plus grand bonheur des convives un brin fatigués. Ils reprendront rapidement des forces…

LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013

          Bien que les dures épreuves matinales ne restent plus qu’un souvenir, la journée n’est pas terminée. Il reste encore du pain sur la planche!

          Le café à peine absorbé, Jacques et Jean-Pierre transforment, en un tour de main, les douches collectives des rugbymen en douches individuelles… Jean Louis et Christian préparent la locomodeuche… Guillaume, maître certifié en fils de couleur, s’occupe de la sonorisation et de la distribution de l’électricité sur diverses zones du site, Pierre-Yves, imprime, déprime, imprime encore… tandis que le reste de la troupe, constitué de manoeuvres occasionnels, installe les tables et bancs sous le chapiteau. Les dames quant à elles, vaisselle faite, préparent les poches d’accueil des futurs participant à la Gasco. Cette « fourmilière » présente l’aspect d’un ballet bien réglé au sein duquel chacun a sa place: c’est ce que peuvent constater les premiers arrivants. Comme d’habitude, ce sont les « Deuches des gaves réunis » pour qui la Gasco-Deuche constitue désormais un rendez-vous incontournable. Ils seront suivis de près par Poilu et son épouse qui à bord de leur rutilant carrosse viennent non pas de la Vienne, mais du Finistère… En fait, quelques huit cents kilomètres, en deux étapes… Bravo!!!

          Le dîner des bénévoles ressemblera sensiblement au déjeuner. Les yeux s’endormiront relativement tôt car les « carcasses » devront être d’attaque le lendemain, dès l’aube, ou presque!!!

LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013

Samedi 24 août 2013:

          A huit heures du matin, le club ouvre officiellement le point d’accueil. C’est ici que les deuchistes pré-inscrits se présentent afin de percevoir leurs billets de repas du soir, c’est ici qu’ils peuvent éventuellement régulariser leur situation comptable, c’est ici qu’ils reçoivent leur pochette « cadeaux » dans laquelle ils découvriront, entre autres, l’itinéraire emprunté aujourd’hui. Ces formalités, toujours truffées de plaisanteries, ne durent pas longtemps. Elles s’avèrent beaucoup plus longues pour les non -inscrits, ceux qui ont décidé de leur participation au dernier moment, ou simplement pour les « sympathiques écervelés » qui n’ont peut-être jamais compris qu’une pré-inscription à une concentration rendait toujours service au club recevant. Quoi qu’il en soit, tout le monde est servi et une bonne humeur générale règne sur le site où le 32 Deuche n’oublie pas de proposer les derniers tee-shirt qu’il vient de faire confectionner. Les « demoiselles » préposées à la vente ne manquent pas de faconde pour inciter les plus récalcitrants à réouvrir leurs sacs à sous.

LA GASCO-DEUCHE 2013

          Aux alentours de dix heures le stade connaît une certaine effervescence: les voitures se mettent en place pour un départ imminent mais pas avant que les règles de sécurité élémentaires n’aient été rappelées.

C’est au volant de la rouge que le Père Noël lui a spécialement prêtée pour la circonstance que Christian prend la tête du convoi, les différentes routes de la Lomagne n’ayant aucun secret pour lui. Tout d’abord, il mène les soixante dix bolides qui le suivent au centre de Saint-Clar où les « grâce-matineux » peuvent mettre un point final à leur sommeil, ou à toute autre activité, tant les avertisseurs se répondent en écho. Même les gendarmes positionnés aux points stratégiques sourient face à cet orchestre ambulant!!!

LA GASCO-DEUCHE 2013

          Après presque une demi-heure de concert improvisé, les titines quittent la ville pour affronter la campagne gersoise qui, malgré une légère brume, dévoile tous ses charmes. Aux vallons succèdent des vallons où le jaune des tournesols chatoie la nature. Sur les routes sinueuses à souhait, les 2 CV multicolores ressemblent à des fourmis imaginaires qui donnent à la nature un air de fête.

          Le cortège traverse une partie de la commune de Magnas, Tané, Ste Croix, le Couloumé, autant de noms qui sentent bon la Lomagne avant d’arriver sur le piton rocheux sur lequel a été construite Lectoure. La traversée de la ville enchante les consommateurs assis aux terrasses des cafés contents de constater que de temps en temps la quiétude et la sérénité de la place sont mises à mal.

          C’est à Marsolan que Christian décide d’effectuer un rassemblement, histoire de faire refroidir les bicylindres ou d’effectuer quelques « vidanges »… La majorité des conversations tourne autour de la splendeur des paysages… Les véritables gersois roulent un peu les mécaniques (normal en 2 CV) tant ils sont fiers de leur contrée.

LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013

          Aux ordres du « chef » de cortège, les voitures reprennent la route en direction de Castéra Lectourois où le déjeuner « pique-niquestre » est prévu. Les véhicules envahissent le centre du village et chacun, table, chaise ou glacière à la main s’installe avec sa tribu, de préférence à l’ombre. Les odeurs de chlorophylle se dissipent au profit de celles du rôti froid, du saucisson et des carottes rapées, voire du rosé bien frais. La bonne humeur se lit sur tous les visages, l’ambiance relève de la fête… jusqu’à ce que le ciel s’obscurcisse brusquement et qu’il se mette à verser des larmes. Le pique-nique, si long à s’installer, disparaît en moins de trois minutes, temps correspondant à celui de cette mini averse. La place du village retrouve son aspect initial et le soleil réapparaît. Quelle farce!!!!

          Sur le coup de quinze heures, les Gasco-deuchistes se retrouvent dans une brasserie artisanale pour une visite commentée intéressante. Il y lieu cependant de noter ici le comportement ignoble d’un participant qui s’est permis de dérober la machine à calculer de la vendeuse lui volant ainsi un outil de travail. Que cette personne arrive à se convaincre que bien mal acquis ne profite jamais!!!!

          A l’issue des achats de bières blanches, noires… le convoi reprend la direction de Miradoux, aujourd’hui en fête. Christian, cousiné avec la mairesse, se permet ici quelques fantaisies non programmées: il organise un défilé deuchiste dans les petites rues miradouzaines, défilé bien entendu sonorisé à grands coups de klaxons. La mairesse, rencontrée en bord de route, se trouve ravie de cette animation inopinée!

LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013

          La balade tire à sa fin. Il ne reste plus que quelques kilomètres à parcourir avant de rejoindre le site.

          La tête pleine de souvenirs, les campeurs du jour rejoignent leurs toiles de tente puis, pendant que les enfants jouent, les douches sont assaillies d’un côté, la buvette de l’autre: c’est la décompression totale avant la soirée festive qui commence, aux alentours de dix neuf heures par une superbe prestation musicale à base de blues, prestation cependant mal appréciée par les non-adeptes de ce type de musique. Par contre, les partisans de Chuck Berry, King Albert ou Muddy Waters s’en donnent à coeur joie: le guitariste non voyant maîtrise son instrument, le chanteur aux faux airs de Cabrel, enchante, tant par sa voix que par ses solos d’harmonica dignes d’un James Cotton ou d’un Stevie Wonder.

         Cet intermède musical agrémente l’apéritif du soir, bienvenu après cette « rude » journée. Et, alors que les uns sirotent, que d’autres dansent, les bénévoles se remettent au travail pour le plaisir de tous.

LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013

          Vers vingt et une heures les deuchistes se mettent à table. Les Landais, « échassement chaussés », ne tardent pas à mettre l’ambiance, ambiance également assurée dans un deuxième temps par Guillaume et sa fameuse course de chevaux, course plus vraie que nature.

          Puis, tandis que le traiteur allèche les babines par l’odeur des magrets grillés, Le Disk Jockey, Carlos, prend le relais pour une nuit endiablée.

          De l’entrée au dessert, le repas s’avère exquis et copieux: les consommateurs en redemandent. Entre deux bouchées les festoyeux ne quittent pas la piste de danse: c’est la fête à Saint Clar!

LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013

          La fête s’éternise: les couche-tôt rejoignent leur bannette vers une heure du matin, les couche-tard au moins deux heures plus tard… avec un arrière goût de brulôt dans la bouche.

         Au réveil, parmi ces derniers, seuls les chauves n’auront pas mal aux cheveux…

Dimanche 25 août 2013

          Le site se réveille relativement tard. Très lentement le stade prend vie: le petit déjeuner semble parfois avoir du mal à passer… Les équipages venus de loin commencent à quitter le camp: dommage, ils ne pourront assister à la bénédiction des voitures, moment sacré de la manifestation.

          Cependant, sur le coup de dix heures, suite à l’appel lancé par le préposé à la sonorisation, les 2CV restantes se concentrent au centre du terrain. Une rumeur laisse entendre que le curé serait arrivé…

          Effectivement, avant la balade matinale, l’abbé Tonnière, curé de la paroisse de Saint Clar, soutanement vêtu, chapeau barette sur le crâne, fait son apparition, goupillon en main. A l’issue d’un sermon microphoné, homélie souvent hilarante, il bénit les voitures pour le plus grand plaisir de leurs propriétaires. Olivier, Président du club, joue les enfants de coeur.

          Les Gasco-deuchistes présents, pourtant pas tous grenouilles de bénitier, auraient aimé que cet instant pieux dure bien plus longtemps. En fait l’emploi du temps de l’abbé s’avère trop chargé pour qu’il consacre plus de temps à la Gasco. Dans les minutes qui suivent, il doit rejoindre une commune voisine pour la messe dominicale. Les Gasco-deuchistes garderont de cet ecclésiastique un souvenir inoubliable pensant tous que les paroissiens de Saint Clar ont bien de la chance de posséder un curé aussi charismatique.

          Après cet instant mystique, les bolides bicylindrés se mettent en route et, dans un ordre presque parfait, reprennent la route pour une balade sympathique qui les mènera d’abord sur le circuit d’auto-cross de Tournecoupe.  Certains conducteurs se déchaînent et prennent plaisir à soulever la poussière: bref un véritable moment de plaisir pour ces pilotes amateurs et pour les spectateurs moins téméraires.

          Cet instant magique passé, les présentations aux autorités locales de Tournecoupe terminées, le convoi encore composé d’une cinquantaine de voitures, réemprunte les routes campagnardes dont seul Guillaume a le secret. Cette randonnée citroénesque se termine sur le coup de treize heures, heure à laquelle le dernier pique-nique de la manifestation commence.

LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013
LA GASCO-DEUCHE 2013

          A l’issue de ce déjeuner, le site se vide petit à petit. Ne restent sur les lieux que les bénévoles qui doivent rendre au stade de Saint Clar son état initial. Hommes et femmes se retroussent les manches et, en un temps record, atteignent l’objectif fixé. A dix sept heures l’édition 2013 de la Gasco-Deuche est complètement terminée, laissant à chacun des souvenirs inoubliables de moments conviviaux passés en Lomagne.

          Il ne saurait être question de terminer ce compte-rendu sans un certain nombre de remerciements. Ils s’adressent en particulier à la municipalité de Saint Clar qui a prêté ses installations, aux trois motards qui ont effectué un travail remarquable, aux gendarmes de la commune qui ont sécurisé les points stratégiques, aux équipages venus de loin, tels les Bretons, les Nimois… ainsi qu’aux différents sponsors.

         La 5ème édition de la Gasco-Deuche a connu un succès identique à celui des années précédentes. Nombreux sont les équipages à avoir déjà programmé leur participation à la prochaine!!!!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

bernard 31/08/2013 17:30

Grand merci àtoute l'equipe 32 deuche pour ce week-end formidablepassé en votre compagnie,votre gentillesse
A toi Georgesmerci pour ta litteraturequi m'a fais revivre ces deux belles journées, et bravo pour les deux ou trois mises au point...!
Amicalement à toute l'equipe Bernard