Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE 32 DEUCHE CLUB

WEEK-END A CAUMONT SUR GARONNE

17 Juin 2011 , Rédigé par Lumaga Publié dans #Automobiles

Vendredi 17 juin:              

           En ce week-end des 17, 18 et 19 juin, le 32 Deuche Club, du moins, "le noyau dur" du club, s'offre une petite deuchade du côté de Caumont sur Garonne et répond ainsi à l'invitation du Deuch' Caumont Club qui organise sa 9ème concentration de 2cv et dérivés.

       Au sein des équipages auscitains deux nouveaux éléments viennent se greffer au convoi habituel. En effet, Guy, dans le cadre de sa minutieuse préparation à la route pour la "Mondiale", donne le "baptême de bitume" à sa caravane tandis que Michel et Josiane, nouveaux adhérents, se présentent au volant de leur reluisante 2CV "charlestonisée".

32D.0350

32D.0353.1

          C'est exactement à l'heure convenue que les six bicylindres chevronnés prennent la route en direction de Nérac où ils ont rendez-vous avec Pierre-Yves et Céline, l'un deuchant son "engin coloré", l'autre conduisant le "Jumpy" de service qui, outre sa mission de transport de matériel constituera, l'espace de deux nuits, la chambre à coucher de Denise (et Jean-Louis), claustrophobe de chez claustro qui, en aucun cas, ne pourrait faire dormir ses yeux sous une tente.

       Les auscitains rejoignent le parking de l'une des "épiceries" locales. Après un court instant de stationnement débonnaire, "imprégnés" de rectitude, ils alignent parfaitement les véhicules dans l'attente du Vice-Président et sa conjointe.

32D.0358

     Quelques minutes plus tard, retentit soudain dans le ciel néracais le hénnissement de la Deuche hugonesque, tintamarre suivi d'une démonstration de conduite burlesque en zone occupée...

       L'allégresse du moment se trouve rapidement estompée par le constat de la crevaison de la chambre à coucher de Denise... Sur la route vers Caumont, un arrêt "gonflage" s'impose, en espérant qu'il s'avère suffisant pour rejoindre la destination sans encombre. Et là, en bel homme galant, Pierre-Yves, fraîchement tondu (certainement avec une biscotte), se fait un plaisir de redonner à ce pneumatique décomposé un aspect plus proche de la normalité.

32D.0359      C'est avec un plaisir non dissimulé que quatorze équipages 32 deuchistes se retrouvent vers vingt heures sur le stade municipal de Caumont. Dans cette enceinte sportive encore pénétrée de la sueur des derniers athlètes ayant foulé ce sol, tous regrettent l'absence des toulousains qui s'efforcent de ne jamais manquer une sortie du club.

      Les choses sérieuses commencent: là où crampons et pointes ont laissé des traces, les campeurs  occasionnels doivent monter la tente, instant toujours magique au cours duquel les caractères se dévoilent, au détour d'une sardine récalcitrante. Les plus rapides dans cet exercice s'associent ensuite pour ériger la tente du club, point de ralliement perceptible à cent lieues à la ronde. 32D.0363

32D.0361

          Bien qu'il fasse encore jour, les boites à denrées crient famine. Certains optent pour le dîner au grand air; d'autres préfèrent l'ambiance plus confinée de la tente, mais tous se retrouvent , à la nuit noire venue, autour du brûlot amoureusement préparé.

     Vers minuit, les premiers 32 deuchistes adoptent la position horizontale. Ils sont rapidement bercés par les rires délicats de Fleurance qui percent la sérénité du calme campagnard caumontois.

32D.036632D.0381

Samedi 18 juin:

          Au petit matin le 32 Deucheclan baigne dans une ambiance mélodieuse de doux ronflements. Les premiers levés peuvent déambuler au sein d'un orchestre plus ou moins symphonique, mais toutefois attachant.

          Dans les minutes qui suivent les réveils s'avèrent parfois difficiles... Jean-François, quant à lui, apprécie, comme de coutume, le précieux petit déjeuner qu'il s'est préparé. Quand les autres picorent, lui, pantagruélise...

DSCF8085

DSCF8179DSCF8180DSCF8086          Dès huit heures, le stand "accueil" de la manifestation est ouvert. Pour un départ programmé à dix heures, chacun prend son temps pour confirmer sa présence ou s'inscrire et récupérer la fameuse poche de gadgets offerts par les sponsors.

          Petit à petit le stade se couvre de bicylindres que des bénévoles font aligner dans un ordre parfait avant que ne soient données les consignes de départ. C'est l'occasion  de revoir certaines personnes connues lors de concentrations précédentes ou de découvrir de drôles de voitures, ce qui tend à prouver que nombre de deuchistes ne manquent pas d'imagination et de savoir-faire.

DSCF8092.1          Pour la circonstance, 108 bolides sont présents, bolides à qui il est demandé de suivre scrupuleusement les consignes de sécurité.

          A dix heures pétantes, après la photo "qu'il ne faut surtout pas rater", le convoi s'ébranle dans un doux concert de klaxons. Le 32 Deuche Club, à qui se sont joints Jacques en Méhari et Bernard en 2CV, ferme la route., formant, à lui seul, un maillon de seize voitures.

          Nous prenons la direction de Marmande, ville en pleine expansion qui n'a pas échappé à la construction d'english ronds-points, carrefours que nous traversons sans problème grâce à une équipe de motards expérimentés qui en ferment tous les accès. Aujourd'hui, priorité est donnée à la Deuche!

          On peut imaginer aisément que, dans ces ronds-points, certains automobilistes immobilisés râlent quelque peu. On peut aussi imaginer que d'autres se régalent à la vue de ce long cortège coloré qui se dirige maintenant vers Duras en traversant une campagne principalement consacrée à l'arboriculture fruitière et à l'horticulture maraîchère.

DSCF8097

DSCF8105

DSCF8110          Après la traversée de Duras, nous mettons les orteils à terre à une dizaine de kilomètres plus loin, plus précisément à Soumensac, considéré comme étant l'un des plus beaux villages du Lot et Garonne. Il appartient alors à chacun de trouver le coin de quiétude qui lui convient pour mieux apprécier le pique-nique sorti du sac.

          L'humidification au floc des luettes terminée, les maxillaires commencent à "mandibuler"... Visiblement, les kilomètres parcourus ont ouvert les appétits.

          A l'issue du déjeuner, la pause s'impose et nombreux sont ceux qui utilisent leurs muscles fessiers, à même le sol, pour reposer les jambes. (Sylvain, s'il avait été présent, aurait dit: "il n'y rien de mieux que le....) Pierre Yves, quant à lui, préfère le confort de la Hoffmann pour entreprendre une sérénade à base de légers ronflements sur une tonalité proche du "la mineur". Les plus courageux visitent aussi le musée de la poupée folklorique tenu par Madame  Favennec et le musée de l'outillage sis dans l'ancienne boulangerie du village et tenu par Monsieur Testel. Ces deux musées méritent le détour d'autant que le premier serait, parait-il, unique au monde.

DSCF8121

DSCF8141

DSCF8143          Nous levons l'ancre vers quinze heures et, suivant les motos, nous nous retrouvons à l'Etablissement Public Intersyndical du Dropt, sur le site de Lescourroux. Ici, entre les Deuches mal garées, place est offerte aux Canon, Pentax et autres numériques... avant que le convoi ne reprenne son train de sénateur vers le site de départ.

DSCF8159

DSCF8161          Les 32 deuchistes restent relativement groupés jusqu'à l'arrêt inopiné de Pierre-Yves et de Claude qui le suit. Le premier est en panne, le second veut l'aider dans ce moment de "détresse". Ouverture de capot: constatation???? le bouchon du reniflard s'est ouvert provoquant un bruit suspect du réacteur de la Deuche, et un déploiement d'huile bien calculé sur le moteur et les surfaces internes du capot...

               Réparation effectuée, Claude rejoint directement Caumont où il constate qu'un coup de vent a légèrement déplacé la tente du club... En fait, la tente, tel le "Ribéri" en pleine réflexion, a traversé le stade...

         La balade se termine vers dix huit heures. Les campeurs se sentent soulagés lorsqu'ils remarquent que leur propre campement a résisté aux assauts du  cher Eole.

         A cette heure, une toilette et un changement de tenue vestimentaire s'imposent avant de répondre à l'appel de l'organisation qui rameute ses troupes vers l'apéritif. Les dames du 32 deucheclan s'assoient: galants, délicats, prévenants les hommes les servent observant, non sans plaisir, qu'elles se sont regroupées... certainement dans un souci aigu de parité.

         Notre ami Guy, quant à lui, au moment où la pluie bat très fort, s'inquiète de son campement. Retrouvera-t-il sa couche sèche? Ses efforts pour imperméabiliser son "château" n'ont-ils pas été vains?...

          Alors que le service débute, les basses commencent à résonner dans les enceintes acoustiques du DJ qui, en très peu de temps, imprègne la soirée d'une ambiance festive remarquable où, même les plus coincé(e)s, battent le tempo.

DSCF8188.1          Les nanas se déchaînent sur le "Dance floor" ne craignant même pas que des gouttes de sueur malveillantes ne viennent perturber tout le charme de leur maquillage soigné ou d'une quelconque partie de leur anatomie... Jacques, comme Cartier-Bresson ou Jeanloup Sieff, soigne sa profondeur de champ pour mettre en exergue les rondeurs alléchantes de ces fêtardes endiablées, d'habitude si sereines.

DSCF8188.2

DSCF8188.3          Pierre-Yves, beaucoup plus terre à terre (attitude assez normale pour un agriculteur...) ignore presque tout de ce spectacle. Il se concentre sur la dégustation prolongée du jambon à la broche, dégustation parfois perturbée par une délicate morsure d'oreille... par un bardache en quête d'amour...

          Le 32 Deuche commence à avoir sommeil: les premiers éléments quittent la fête vers minuit.

          En découvrant sa couche, Guy se satisfait d'avoir bien travaillé: les draps sont secs. Il peut plonger dans les bras de Morphée!

Dimanche 19 juin:

          Il ne reste plus à Caumont qu'une quarantaine de 2CV.

          Le comité organisateur propose, à partir de 10 heures une courte balade  dont le point d'orgue est constitué d'un arrêt dans un vide grenier.

          Vers 13 heures, à l'appel du "muezzin" caumontais, les derniers deuchistes se rassemblent pour partager le verre de l'amitié avant de terminer les restes des glacières.

A l'issue du repas, le 32 Deuche Club se disloque peu à peu. Tous ses membres sont satisfaits et heureux d'avoir participé à cette concentration  parfaitement organisée et au cours de laquelle les maîtres mots n'ont été que bonheur et bonne humeur.

          Félicitations et merci aux Gentils Organisateurs et à leurs sponsors! Assurément, le 32 Deuche Club sera présent pour la 10ème édition!

DSCF8189



         

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article