Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE 32 DEUCHE CLUB

WEEK-END A BISCARROSSE

16 Septembre 2012 , Rédigé par Griss Publié dans #Automobiles

PiscarosseVendredi 7 septembre: 

     Traditionnellement, au mois de septembre, le 32 Deuche Club effectue toujours une sortie dans les Pyrénées. Cette année, rompant avec la monotonie, le club a décidé de délaisser les cimes et leur environnement verdoyant pour se rendre au niveau de la mer, ou presque.

    C'est à Biscarrosse que les deuchistes ont posé leurs valises afin de participer activement aux activités proposées pendant trois jours par Daniel et Rose, propriétaires d'un coin de paradis en terres landaises.

       Le rendez-vous pour cette escapade tant attendue est fixé sur le parking du supermarché de Vic Fezensac. Compte-tenu du programme prévu , le respect des horaires s’impose : c’est donc à 9 heures précises que 17 titines empruntent la « 124 » en direction de la côte landaise. Parfait exemple du pensionné surchargé, notre ami Claude part avec un léger retard : en effet, il doit encore effectuer quelques menus achats alimentaires indispensables à une sustentation minima. Au volant de son « bolide », il n’aura aucun mal à rattraper le reste de la troupe…

DSCF1281     Au sortir de Vic, le convoi mené par l’Acadiane jaune et fermé par la Charleston grise ne passe pas inaperçu, prouvant ainsi, klaxons à l’appui, que le club est bien parti pour un week-end festif.

       Rapidement l’allure se stabilise autour des 70 km/heure ce qui permet à Jean-Louis, dans les minutes qui suivent, de constater la présence de Claude dans son rétroviseur. Tout va bien !

    Cependant, après environ une heure de route, quelques kilomètres après Cazaubon, Jean Louis informe la tête du convoi qu’il ne voit plus le cabriolet vert derrière lui. Fidèle à la tradition du club qui veut que personne ne doit rester sur la route, Monique s’enquiert de la situation de l’ami Claude. L’appel téléphonique est bref : Claude est en panne. D’après ses premières constatations, il semblerait que l’Hoffman soit confrontée à un problème de cylindre… à moins que ce ne soit… 

         Les 17 bicylindres effectuent un bref arrêt: décision doit être prise! Jean Louis fait demi tour pour aider Claude tandis que les autres continuent jusqu'à Labastide d’Armagnac où ils attendront ces deux équipages. C’est l’occasion de visiter sommairement ce village avenant et d’y constater, entre autre, la présence du château du Prada, construit au XVIIIème siècle par le sieur de Bouglon, gouverneur d’Eauze qui avait précisé à l’architecte, Victor Louis (créateur du théâtre de Bordeaux), qu’il désirait un château beau et pratique. A l’évidence, le bâtisseur ne s’est pas trompé et nombreux sont les deuchistes qui aimeraient posséder aujourd’hui autant de dépendances pour y garer et bichonner leurs attelages chevronnés.


DSCF1287

      Cet arrêt permet également de deviser sur la beauté des paysages, sur la douceur du temps, de rappeler sa dernière lombalgie, de philosopher sur la cherté de la vie, de critiquer les gouvernements passés, présents, futurs, autant de conversations qui ne laissent place à aucune langue de vipère car, si mauvaises langues il y avait parmi cette faune avide de spleen, elles n’auraient pas manqué de penser que ce cabriolet, qu'il soit jaune ou vert, fait toujours quelques caprices...

      Par bonheur, il n’y eut aucune « langue de pute » dans la bande. Au retour de Jean Louis, le convoi reprend la route, chaque membre d’équipage regrettant sincèrement l’absence de Claude qui a décidé de rebrousser chemin. L’adage qui veut que l’excellent cordonnier soit souvent le plus mal chaussé se vérifie encore une fois. Au long des lignes droites parfaitement asphaltées, les 2CV respirent à plein poumon  l'air des Landes et, DSCF1291c'est toutes guillerettes, qu'elles parviennent à Ychoux à midi. Daniel et Rose les attendent au bord du lac, site merveilleux pour un pique-nique à l'ombre.

Avant même que personne n'ait dégoupillé la moindre glacière ni ouvert la moindre bouteille, le responsable des lieux, certainement un pur écologiste (ce n'est pas un défaut), se propose spontanément d'expliquer la faune et la flore du coin. Bien que ce monsieur soit fortDSCF1292

intéressant, il faut convenir que le deuchiste n'a pas toujours été correct à son égard: un brouhaha de fond témoigne franchement du peu d'attention que certains portent à ses propos. En fait, ce sont les boites à langoustes qui demandent pitance.

      Le pique-nique connait l'ambiance habituelle des déjeuners champêtres chers au club. Le saucisson halal passe d'une main à l'autre, le pâté s'étale parfaitement sur les tartines, le poulet rôti est froid à souhait, le rosé est encore bien frais... bref, que de bonnes choses!  C'est donc repus, et même un peu plus, que les 32 deuchistes reprennent le volant aux alentours de 13h 45. C'est maintenant Daniel qui mène le convoi et, prévoyant, il dirige les berlinettes vers la station service de Parentis.

DSCF1298

          Après que les réservoirs aient été remplis et que les vessies aient été vidées, Daniel se montre particulièrement satisfait: les 32 deuchistes auront le temps d'apprécier le musée de l'hydravion situé à quelques encablures de là, à Biscarrosse, dans ce qui, à l'origine, devait être une clairière. Et là, nombreux sont ceux qui apprennent que Biscarrosse constitue le berceau de l'hydraviation. Ils regrettent qu'une plus large publicité ne soit pas faite de cet établissement riche en souvenirs. Ils apprennent qu'en 1930 Biscarrosse a été choisi par Pierre-Georges Latécoère comme lieu de montage et d'essais des plus grands hydravions français. 

A l'issue de cette visite, les plus téméraires, malgré le manque de surveillance largement affiché, font d'abord une légère trempette dans le lac servant jadis de piste d'envol et d'atterrissage et les 18 véhicules du club traversent ensuite Biscarrosse afin de rejoindre le camping de Maguide, petit lieu paradisiaque situé au bord de l'eau. Dans les rues de la ville, les titines font un spectacle auquel même la Maréchaussée ne reste pas insensible.

DSCF1309DSCF1308

          La perception des mobil-home ne traîne pas. Elle est précédée par l'arrivée de Guillaume et sa petite famille.

          Tandis que certains prennent le temps de s'installer confortablement, de compter les cuillères et les fourchettes... d'autres posent à peine leurs valises et se retrouvent déjà dans l'eau tiède du lac: tous ont presque deux heures devant eux avant de répondre "présent" à l'invitation de Daniel et Rose qui organisent le dîner à leur cabanon, dissimulé dans la forêt, mais à moins de trois cents mètres de là. Pour la circonstance, Rose a même orné la terrasse de la demeure de toiles personnelles, toiles en étroit rapport avec le 32 Deuche Club.

DSCF1311

DSCF1313

           Les hôtes avaient demandé à ce que la soirée se déroule dans une ambiance polynésienne. Leur requête a été entendue puisque vers 20 heures les invités arrivent tous plus ou moins déguisés en tahitiens bringueux: il ne manque plus que les guitares et les ukulélés pour avoir l'impression de se retrouver à Papeete, Faaa ou Taravao... Pour l'heure, la hinano sera remplacée par du rosé pamplemousse et le tamaraa sera constitué de saucisses et de ventrèches.

DSCF1314

DSCF1320

DSCF1325

          Joignant l'utile à l'agréable, Rose et Daniel ont invité à cette bamboche leurs voisins de tribord et de bâbord: c'est ainsi que les deuchistes font connaissance de Jeannot et Chantal ainsi que de Philippe et Marie-Claude qui délaissent leur "timidité habituelle" pour se fondre dans l'ambiance. Ils sont d'autant plus appréciés que ce sont eux qui prennent les rênes du barbecue. Si, en la matière, la maîtrise de Philippe saute aux yeux, la dextérité de Jeannot en matière de cuisine ne passe pas inaperçue... Grâce à eux, tout le monde se régale, à la grande joie de Daniel et Rose qui, tout à leurs invités, ne prennent guère le temps de s'asseoir. Les ingrédients liquides faisant leurs effets, l'ambiance monte crescendo: les artistes qui s'ignorent entonnent quelques chansons du patrimoine "culturel" français. En début de repas rejoignent Sylvain et Guylène ainsi que Stéphane et Vanessa, pauvres travailleurs qui n'ont pu "Rtétiser" leur journée!

DSCF1339

DSCF1340

DSCF1342

DSCF1343

          Vers minuit, des paupières peu habituées aux veillées nocturnes tendent à se baisser: il est donc grand temps pour certains de faire dormir les yeux. Cependant, cela n'arrête pas l'entrain d'irréductibles qui passeront encore deux longues heures à rire, rire, et encore rire à l'écoute de Sylvain, Pierre-Yves et Vanessa. Par bonheur, les oreilles chastes sont déjà couchées et les puritains n'auront aucune morale à faire...

          Pour les derniers bringueurs, le retour au gîte se fait deuchement par la forêt... Mais rapidement, il faudra que Daniel intervienne pour les remettre dans le droit chemin...

Samedi 8 septembre:

          Ce matin, il y en a un qui fait un peu la gueule: c'est le sieur Jeannot (Bocuse en herbe) qui aurait bien mêlé sa méhari au convoi des deuches et autres dérivés. Il regrette sincèrement de s'être embringué dans un repas familial...

          Comme convenu la veille, les deuchistes se retrouvent devant le camping Maguide à 9h 45 pour aller visiter "le paradis des papillons" à Senguinet. Quelques cicatrices de dormeurs apparaissent encore sur des visages mal rasés.

         Une demi heure de route transporte les deuches dans un autre monde. En effet, "le paradis des papillons" est une serre au sein de laquelle sont recréés différents milieux de vie des papillons dans des conditions idéales. A une température oscillant entre 22 et 28° et avec 80% d'hygrométrie, on y trouve des papillons du monde entier.

         Le maître des lieux, beau parleur, un tantinet humoristique, fait partager sa passion des lépidoptères pendant plus de deux heures.

DSCF1351

DSCF1357

           C'est ensuite sur place que le 32 Deuche pique-nique, à l'ombre des arbres du parking: encore un moment simple, mais un réel moment de plaisir!

          Après les agapes, toujours sous la houlette de Daniel, les carrosses prennent la direction de la dune du Pyla où, après avoir franchi le poste de péage, elles bénéficient encore d'un nouveau coin d'ombre, plus mouvementé par la visite des curieux. Quant aux deuchistes, compte tenu du nombre d'heures qu'ils ont accordé à leur sommeil la nuit précédente, leur attitude est différente. Les dormeurs montent la dune... les bringueurs s'attablent à la première terrasse venue, non pas forcément pour se désaltérer, mais surtout pour reposer leurs frêles gambettes...

          A l'issue de cette pause ou de cet effort physique, c'est selon, il apparaît hors de question, pour les organisateurs de s'en arrêter là. Les bicylindres reprennent la route de Biscarrosse pour s'offrir une balade en bordure de plage, à la grande joie des baigneurs et des promeneurs.

        Bien que la journée ait été bien remplie, elle n'est pas terminée pour autant car Daniel et Rose ont prévu, après la douche, un apéritif sur la plage, préambule à une soirée "moule-frites" au "Paradisio".... Il est presque minuit lorsque les deuchistes quittent le restaurant: la plupart vont se coucher. Pierre-Yves, quant à lui, accompagné de deux ou trois acolytes, répond poliment à l'invitation culturelle que lui a lancé Philippe, soucieux de lui dévoiler quelques secrets plus ou moins culinaires....

Dimanche 9 septembre:

        Guillaume et sa petite famille ne partageront pas cette dernière journée en terres landaises avec le reste de la bande: son petit garçon est malade et Marie, la maman attentive, ne laisse pas apparaître non plus une mine qui respire la pleine forme. Aussi, ont-ils décidé de rentrer au bercail et échapperont à la dernière visite du week-end, la promenade fleurie à Mimizan, véritable havre floral situé au bord du lac (côté Mimizan bourg) et comptant plus de 300 espèces de végétaux,

DSCF1414


          Et, alors que les deuchistes visitent ce parc, Caroline,  photographe amateur, découvre les 2cv sagement garées. Ses photographies feront l'objet de l'un de ses articles dans son blog .  (http://caroline-peinture.diblogotus.com.over-blog.com/). Il semblerait que la Charleston à Jacques lui ait tapé dans l'oeil!!!

         Le week-end est terminé: malgré les coeurs gros, il s'agit maintenant de retourner à la maison. Dociles, les 2cv prennent la route du retour...

         Assurément, le 32 Deuche Club vient d'effectuer une de ses plus belles sorties, une de celles qui restera gravée dans les mémoires à tout jamais et ce grâce à Rose et Daniel qui, outre une préparation sans faille, ont toujours su rester, avec le sourire, à la disposition de chacun. Comme d'habitude, ils ont fait montre d'amabilité, de courtoisie, d'humour. Qu'ils en soient ici sincèrement remerciés.

        Les prochains organisateurs n'ont qu'à bien se tenir: la barre est maintenant placée très haute!!!

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ImmoPro 29/11/2012 15:40


Excellent compte rendu, ça donne envie en tout cas ;)

Caroline PC 19/09/2012 18:46


Un week-end plein de bonnes surprises! et une bonne ambiance! une bonne idée de changer ses habitudes et de se faire de nouveaux souvenirs!


merci d'avoir cité mon blog,


bises