Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE 32 DEUCHE CLUB

LA GASCO-DEUCHE 2012

23 Août 2012 , Rédigé par Griss Publié dans #Automobiles

 32D.061      Si pour le deuchiste avide de concentrations, la Gasco-Deuche ne dure que trente six heures, il n'en est pas de même pour le "pool organisation" qui s'efforce d'accueillir et d'accompagner les équipages dans les meilleures conditions. Ceci explique donc que, pour le bénévoles, la Gasco-Deuche commence, sur le terrain, dès le vendredi.


Vendredi 17 août: Après avoir installé leur propre campement, parfois en contrariant les caprices d'Eole, les 32 Deuchistes, dès 9 heures, se mettent aux ordres de Pierre-Yves, véritable pivot de ce rassemblement. Pour les hommes, il s'agit tout d'abord d'effectuer les tâches les plus difficiles, avant les grosses chaleurs prévues pour la journée. Il y a donc lieu de monter, dans un premier temps, le chapiteau qui servira d'aire d'accueil pour les deuchistes attendus et l'estrade pour l'orchestre. L'expérience aidant, la travail est rondement mené avec l'aide de grands adolescents sympathiques à souhait et celle de Jean-Michel, membre du club depuis cette année, qui n'a pas hésité à venir spécialement de Bordeaux pour donner un coup de main fort apprécié. Pendant ce temps, à l'ombre, les dames se consacrent aux travaux plus minutieux tandis que d'autres, sous la houlette de notre maître queux, sous la houlette de notre Bocuse, préparent les entrées et légumes du déjeuner. Parallèlement, une équipe de professionnels installe les grand chapiteau, celui qui servira de salle à manger.

Article 101

DSCF1135.JPGDSCF1133.JPG

DSCF1138

          Lorsque midi sonne au clocher de Saint-Clar, la partie la plus pénible de la préparation  est terminée et respectant scrupuleusement les consignes proverbiales, le 32 deuchiste s'accorde un peu de réconfort après l'effort. Christian possède encore quelques forces pour disposer les assiettes dans lesquelles chacun appréciera les légumes bocusiens et les grillades grillées à point par notre cher Daguin, André pour les intimes.

          Cette pause déjeuner constitue le prélude à une légère sieste bien méritée. La reprise du travail est fixée à quinze heures!

DSCF1143.JPG

DSCF1146

          Les visages encore marqués par la cicatrice du dormeur, les bonnes âmes rejoignent leur poste respectif tandis qu'Olivier, le bien aimé Président, amène le petit train de la Gasco-Deuche que certains découvrent complètement aujourd'hui.

           Ce train ne comprend qu'un wagon, en l'occurence une vieille Dyane "repeinturée" aux couleurs du club. Quant à la locomotive, baptisée ici locomodeuche, c'est l'oeuvre de trois 32 deuchistes. Ils ont fait travailler leurs méninges (une fois n'est pas coutume) pour disposer sur un chassis de tondeuse autoportée nippone un moteur de 3CV, le tout habillé façon 2CV.

    La mécanique a été traitée par Christian et Jean-Louis. La carrosserie, remarquablement exécutée, a été réglée par le cher Stéphane, le plus jeune, carrossier de métier: il a consacré une centaine d'heure à la conception et à la réalisation de cette oeuvre d'art!

GD87.jpg

          Sur le coup de seize heures, le 32 Deuche Club est prêt à recevoir ses hôtes. Comme d'habitude, le club des Deuch des Gaves réunis, mené par son Président, arrive le premier, amenant avec lui des tonnes de sourires. La fête peut commencer! Pour la circonstance, Jean Claude a sorti sa camionnette, récemment restaurée avec beaucoup de goût et plein de bonnes idées, idées qu'il partage avec les nombreux jeunes de son club.

DSCF1215

DSCF1158.JPG

          Pour les bénévoles du 32 Deuche, la journée a été bien remplie. A l'issue du dîner, les paupières demandent rapidement à dormir...


Samedi 18 août: c'est aujourd'hui le grand jour!

          L'accueil des équipages se met en place dès huit heures: une équipe "choc" les attend  et, alors que le terrain se remplit petit à petit, arrivent Monsieur et Madame Pépone. Ils ont délaissé cette année la "Quéchua" de base et ont opté pour une délicieuse  roulotte, tractée, bien entendue, par 2CV. Leur entrée sur le stade fait sensation!

Après les échanges traditionnels de bienvenue, Pépone, alias Jean Claude, nous explique que sa caravane est le fruit du travail de son ami André. Si l'idée n'est pas nouvelle, les plans et les astuces de montage ne relèvent que d'André qui n'en est pas à sa première réalisation ou restauration. D'ailleurs, pour tout conseil, André se tient à la disposition des deuchistes. Ils peuvent le contacter à l'adresse suivante: andreribuot@gemail.com.

          Dans cette roulotte, l'intérieur n'a rien à envier à l'extérieur. Décorée avec beaucoup de goût, tout a été minutieusement cogité. Il paraîtrait même que Jean Claude se sert parfois de la guitare pour conter fleurette à son épouse...

DSCF1211.JPG

DSCF1212DSCF1232.JPG

          La majorité des deuchistes étant préinscrite, les formalités d'accueil se réduisent à leur plus simple expression ce qui permet de prendre la route de la grande balade à l'heure programmée. En attendant, le train de la Gasco et sa locomodeuche remportent un certain succès: les puristes n'hésitent pas à mettre genou à terre pour découvrir le dessous de la bête.

          Un léger vent d'autan laisse présager que la chaleur sera supportable. La bonne humeur règne sur le stade: les deuchistes paraissent impatients de découvrir le circuit proposé. A dix heures le départ est donné à un convoi comprenant soixante quinze véhicules venant en majorité du grand sud-ouest, les "Deux Chèvres" comprises. On note également la présence d'un équipage en provenance du Gard et un autre originaire de Picardie.     

           Pierre-Yves, au volant de sa Méhari fatiguée, éreintée, épuisée, abattue, ouvre la route. Le convoi quitte le stade par la gauche et prend la direction du centre de Saint-Clar, histoire de persuader les Saint-Clarais que leur commune est bien la capitale gersoise de la Deuche. Après un tour en ville, aidés par de fabuleux motards, nous retournons vers le stade pour prendre la D 45. De ce fait les 2CV et dérivés se croisent pendant plus d'un kilomètre. Quel spectacle! Les petits malins ont amené les fusils à eau... Puis nous découvrons, dès les premiers hectomètres de campagne, la beauté des paysages gersois.

GD112

GD113

          A Aurenque, nous tournons à gauche et laissons dans leur quiétude les quatorze moines de l'ordre de Capucins qui vivent dans le couvent de ce hameau situé sur la commune de Castelnau-d'Arbieu. La vie de ces moines est totalement consacrée à Dieu. Ils doivent effectuer six heures  de prières par jour, à la chapelle, assister à la messe, jour de fête compris. La première prière débute à 1 heure du matin...

          Arrivés à Pauilhac, nous venons d'effectuer une quinzaine de kilomètres . Nous nous dirigeons alors vers Terraube et laissons sur notre droite le château construit après que les terraubois aient obtenu l'autorisation de se "remparer" entre 1170 et 1210, autorisation émanant d' Eussieu de Galard, seigneur de Terraube.

             Continuant son chemin, le convoi parvient à Terre Blanche, vaste propriété consacrée aux conserves de fantastiques cochonailles de canards et d'oies. Après que les titines aient été garées, la maîtresse des lieux nous reçoit et donne mille explications concernant la fabrication des produits fabriqués ici. Visiblement cette dame avenante et charmante aime son métier et sait faire partager sa passion.

          Dans un tel établissement, la dégustation s'impose. Moment agréable au cours duquel, compte tenu de la qualité des produits, certains deuchistes effectuent quelques achats puis, vers treize heures, les mécanismes d'ouverture des glacières se désenclenchent, les paniers s'ouvrent. Les deuchistes passent alors allègrement des cochonailles de canards aux canardises de cochons, halal, bien entendu!!!
GD53.jpg

GD47GD58GD54

P1080414.JPG

GD60

                Ce repas champêtre, au ras des pâquerettes, possède un petit air de fête: les visages ne sont que sourires!

          Malheureusement, au moment où certains envisageaient déjà d'aborder une petite sieste, Pierre-Yves, dans son porte-voix, appelle les gens à la raison: il s'agit de reprendre la route qui mène vers Saint-Puy en passant par Monluc, haut lieu du Pousse-rapière, puis La Sauvetat et Sainte Radegonde. A partir de là, le cortège de bicylindres traverse le centre de Florence, opération menée sans difficulté toujours grâce à l'aide des motards, mais aussi de la gendarmerie disposée en un point névralgique de la commune. Que la maréchaussée saint-claraise soit ici remerciée.

         La balade se termine aux alentours de seize heures.

        Après que chacun ait calmé sa soif, la population du stade se disloque: les uns optent pour un moment de répit, les autres pour une douche, d'autres encore préfèrent rejoindre la base de loisirs de la commune pour profiter de tous les charmes du lac. Les plus malins profitent de cette accalmie pour effectuer un tour de petit train. Christian, au volant de la locomodeuche n'est pas peu fier!!!!

GD33

          Alors que le traiteur est déjà aux fourneaux, l'orchestre qui animera la soirée installe son matériel. Comme les années antérieures, l'organisation de la Gasco-Deuche a fait confiance à Murphy et les Magic tones. En optant pour ce groupe, elle s'assurait une prestation de qualité car, aujourd'hui, nul n'ignore que Murphy et sa bande constituent le plus grand groupe de rock de Puycasquier. Belle référence!!!

Article 100          Au moment où l'apéritif débute, le photographe de service se rend compte qu'il n'a plus de piles pour son numérique... cet contradiction est comparable à un argentique sans pellicule, un stylo sans encre, une fourchette sans dents, etc, etc. Qu'importe! la fête continue.

          Cet apéritif est entrecoupé par une légère pause au cours de laquelle un cadeau est remis à l'équipage qui a effectué le plus de kilomètres pour rejoindre Saint-Clar: il s'agit de Jean Seb et Adeline, venus de Picardie. Quant au présent offert, c'est l'oeuvre d'un 32 deuchiste... une 2CV en verre, en trois dimensions.

DSCF3211          Si le repas gascon est fort apprécié, la prestation de Murphy ne l'est pas moins. Le groupe mènera la danse jusque vers minuit: Guillaume, aux commandes de sa disco, prendra la suite jusqu'au petit matin....Ambiance, ambiance, quand tu nous tiens....

Les échos laissent entendre que cette journée fut une totale réussite!

 

Dimanche 19 août:

            Sur le coup de neuf heures du matin, pour de nombreux deuchistes la cicatrice du dormeur a du mal à disparaître. Nombreux sont ceux qui gèrent mal  quelques picotements au cerveau (quand cerveau il y a), voire de sérieuses douleurs à la pointe et à la racine des cheveux...(ce qui en aucun cas ne pourrait concerner les chauves). Cependant, tous respirent la joie et la bonne humeur....

          Au fil des minutes, quelques équipages quittent le stade regrettant de ne pouvoir effectuer la petite balade proposée aujourd'hui. Ils ignorent qu'ils auraient pu assister à une bénédiction des voitures hors du commun.

          A dix heures, aux "ordres" du chef de bande, le sieur Pierre-Yves, les quarante cinq voitures restantes se regroupent au centre du stade quand arrive inopinément l'abbé Ration, curé de plusieurs paroisses lomagnaises et également directeur de l'école maternelle Sainte-Vertu de Magnas. Averti de ce rassemblement par le service "communication " de la mairie de Saint-Clar, il se propose d'opérer à une bénédiction et, à la demande de notre ami Yvan, baptisera sa fille, baptême pour le moins haut en couleurs. Après réflexion, parrain et marraine sont choisis parmi des deuchistes: ce sont Nicole et Pépone qui, avec plaisir, acceptent cette fonction et toutes les responsabilités qui en découlent.DSCF1236.JPG

GD90.jpg

GD92.jpg

          A l'issue du temps religieux  fort sympathique, les moteurs démarrent de nouveau.

          Cette fois-ci, c'est Guillaume, re civilisé, qui mène le convoi: il semblerait que le parcours, cette année, ne relève pas de la trouvaille de dernière minute. Tout le monde découvre, avec plaisir, la piste d'auto-cross de Tournecoupe, piste sur laquelle les deuchistes sont accueillis par le directeur du circuit. Et chacun y va de son petit brin de folie...

DSCF1250.JPG

DSCF1247

GD93.jpg

GD96.jpg          Pour le retour au calme, parmi ses itinéraires secrets, Guillaume a encore trouvé quelques routes ignorées des touristes: ce sont les plus belles! Une quinzaine de kilomètres nous sépare de Saint-Clar: à priori, nous devrions y être sur le coup de midi.

Mais, avant le déjeuner, pour les téméraires, une dernière surprise: la montée de la cote infernale, celle qui monte, monte, monte et se termine sur le parking de la salle de l'ail: c'est super, c'est super, disent-ils tous!

P1080502.JPGP1080505

          Lorsque les équipages présents ce matin se mettent à table afin de partager le dernier déjeuner, ils semblent tous regretter de voir arriver dans les minutes qui suivent la fin de la fête. Tous se promettent déjà de revenir l'année prochaine d'autant qu'ils ont entendu dire que le 32 Deuche Club avait la ferme intention d'innover en 2013.

          C'est avec une certaine émotion que les bénévoles du 32 Deuches Club voient partir les derniers Gasco-Deuchistes. Pour l'heure il leur reste un peu de travail: en effet, il leur appartient de rendre au club de rugby local des installations propres, dépourvues de toutes traces humaines ou matérielles de 135x15. Ils en profitent également pour constater, à hautes voix, que le mouvement deuchiste n'est pas prêt de s'éteindre, la présence de nombreux  " nouveaux conducteurs" confirmant cette impression.

          Pour l'heure, il semblerait que les 32 deuchistes aient réussi leur prestation: c'est du moins ce qu'en disent les derniers potins!

         


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jacques-Etienne Papin 28/09/2012 14:26


Quel regret de ne pas avoir été des vôtres. Ce petit mot surtout pour dire que les photos sont magnifiques. Bravo!

Caroline PC 09/09/2012 18:08


Un petit coucou de Mimizan


un club sympatique!


bises

Laval 25/08/2012 07:06


Superbe reportage qui donne des regrets de ne pas avoir assisté à votre rassemblement.


Je ne rate jamais vos commentaires dont le brin d'humour traduit toute la finesse de vos écrits. Super!