Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE 32 DEUCHE CLUB

LA BOURSE D'ECHANGES 2012

11 Décembre 2012 , Rédigé par Griss Publié dans #Automobiles

          Lorsqu'un trente deuchiste ouvre les portes de la salle des fêtes de Saint Clar en ce dimanche 2 décembre, à sept heures du matin, la commune, dans un froid brouillard, baigne encore dans le silence le plus complet, silence seulement perturbé par quelques rafales de vent n'incitant pas à pointer le nez dehors. Malgré ces conditions hivernales, un client de la bourse est déjà là: assurément il ne peut s'agir que d'un vrai deuchiste à la recherche de la pièce introuvable. Cependant, quel n'est pas son désappointement en constatant, en entrant dans la salle, qu'il n'y a pour l'instant qu'un seul "bazardeur" ne proposant à la vente que des bagatelles communes.

          Ce client potentiel comprend alors qu'il est trop tôt pour commencer les transactions et que les authentiques négociants ne sauraient tarder. Il patiente donc quelques minutes au cours desquelles il perçoit que la mise en place de ce marché ponctuel a dû nécessiter une certaine organisation et du personnel.

           Effectivement, le noyau dur du 32 Deuche Club a bien travaillé la veille afin que cette édition de la bourse soit encore une réussite.

           Le rendez-vous des bénévoles avait été fixé à dix heures: parmi les volontaires ayant signalé leur venue pour le traditionnel coup de main, pas un ne manquait à l'appel: une fois de plus, cette bande de 32 deuchistes, hommes et femmes réunies, prenait plaisir à se retrouver.

           La journée débute par la mise en place de véhicules sur la scène de la salle. Le club a choisi cette année d'exposer l'une de ses dernières acquisitions, à savoir le train de la Gasco-Deuche, en particulier la locomodeuche, fruit du travail de trois adhérents férus de mécanique. Quelques passionnés vont donc chercher le bijou au local du club et l'installent méticuleusement avant que les "mamas" donnent à cet ensemble articulé un air de Noël.

DSCF1525

DSCF1530

DSCF1545

          Il reste encore une épreuve de force à effectuer: la mise en place des tables destinées aux "commerçants du jour". Ici, le maître d'oeuvre se nomme Jacques. C'est lui qui, en tant que placier, ordonne la disposition des étals, conformément aux demandes reçues depuis déjà plusieurs jours. La main d'oeuvre ne faisant pas défaut, l'affaire est rondement menée pendant que, dans une salle contiguë, Rose et Georges dressent l'exposition qu'ils proposent aux visiteurs: l'une présente ses toiles, l'autre ses compositions en verre. Une artiste peintre de Sainte-Christie les rejoindra.

DSCF1544          Quelques innocents bien pensants considèrent que cette exposition n'a rien à faire ici. Qu'ils soient pardonnés car, en fait, ils n'ont pas compris que demain certains amateurs d'art découvriront la 2cv et son environnement tandis que les deuchistes s'apercevront, peut-être, qu'il existe d'autres choses à l'extérieur de leur univers.

           Quand sonne l'heure de midi, ce petit monde se retrouve autour de René et Marie-Claire  au club house du rugby, aimablement prêté. Discrètement,  ils ont passé leur matinée à préparer une repas digne des meilleurs restaurants de Castelnaudary. En effet, comme maintenant depuis deux ou trois ans, ils ont mijoté un fabuleux cassoulet qui, outre le fait d'offrir un super moment de convivialité, va redonner les forces indispensables pour les tâches programmées l'après-midi. DSCF1536

DSCF1542

          Malgré la chaleur régnant autour de cette table, les convives ne s'éternisent pas: après ces agapes, les hommes repartent rapidement au "boulot" tandis que les dames restent avec René qui, du coup, se sent comme un coq au milieu d'une basse-cour. Cependant, l'heure n'est pas à la gaudriole. Ce personnel féminin l'accompagne momentanément pour faire la vaisselle et nettoyer les lieux: c'est ce que l'on appelle "l'utilisation rationnelle des compétences..."      

          Profitant encore d'une météo sereine, du moins sans pluie, les costauds montent le chapiteau du club: il abritera demain un exposant. Quant aux dames, dès les tâches ménagères terminées, elles entreprennent la décoration de la salle avec, en premier lieu l'arbre de Noël. Au sein de cette bande de joyeux travailleurs les plaisanteries suivent les plaisanteries, un sourire efface le précédent.

DSCF1543

           Après une excellente nuit salvatrice, la même équipe, ou presque se retrouve le dimanche matin, très tôt: tel un ballet bien réglé, chacun rejoint son poste alors même que les "brocanteurs" ne sont pas tous installés. En fait, les premiers acheteurs n'arriveront que vers huit heures. Au bar, le café commence à fumer: il dégage des arômes qui s'accordent parfaitement avec l'odeur des croissants chauds.

          Comme toujours, les conversations tournent autour de la météo. Pour l'instant, elle ne correspond pas aux prévisions: la pluie épargne Saint Clar ce qui peut laisser penser que les visiteurs seront nombreux. Effectivement, vers neuf heures, la salle se remplit petit à petit et les premières transactions commencent à un rythme cependant moins soutenu que l'année dernière. Au micro, avec sa verve habituelle, le cher André fait la publicité de la manifestation tandis que les cuisiniers du dimanche mettent en batterie la plancha et commencent à vendre les premiers sandwichs fort alléchants. Parallèlement, imperturbable, Guy vend ses tickets de repas à ceux qui désirent manger assis et au chaud. Dans les allées la clientèle se presse: les amateurs de 2CV sont bien présents. Il en vient de Bordeaux, de Dax, d'ailleurs encore. La bourse de Saint Clar a gagné ses lettres de noblesse: elle est devenue le rendez-vous incontournable des deuchistes du grand sud-ouest.

          L'accalmie de la mie journée se concrétise par une affluence soudaine autour de la buvette transformée pour l'heure en snack-bar: les casse-croûte à base de ventrèche ou de magret connaissent  un franc succès.

          A la salle de l'ail, salle de restaurant éphémère, les consommateurs apprécient le repas proposé par le nouveau traiteur: les frasques de son prédécesseur ne sont plus qu'un mauvais souvenir... L'ambiance conviviale incite Olivier et Guillaume à opérer à la fameuse pesée du jambon: elle s'avèrera fructueuse.

          Vers quatorze heures, le "commerce" reprend mais avec une clientèle différente: on constate la présence de plus de couples, certains n'hésitant pas à franchir la frontière imaginaire qui mène à l'exposition artistique temporaire. Pour une première, celle-ci connaît un succès appréciable qui incitera peut-être à renouveler l'expérience.

          Alors qu'une pluie glaciale fait son apparition, les commerçants du jour commencent à plier bagages: l'expérience de ce genre de manifestation leur rappelle qu'une mauvaise météo s'avère systématiquement antonyme d'un bon chiffre d'affaires. Pour l'heure, peu importe: la journée est terminée, du moins pour eux, car il n'est est pas de même pour les 32 deuchistes présents qui se doivent de rendre les installations prêtées dans l'ordre dans lequel ils les ont trouvées. Les camions chargés, la majorité des "boutiquiers" disent au revoir et remercient le club pour l'accueil qui leur a été réservé, assurant qu'à coup sûr, ils reviendront l'année prochaine. Un minorité cependant quitte les lieux en catimini...

        Lorsque la salle des fêtes a retrouvé son aspect originel, les 32 deuchistes s'accordent un petit moment de plaisir autour d'un dîner pris en commun: dans la bonne humeur générale, ils partagent le sandwich de l'amitié et se donnent déjà rendez-vous pour la ronde des crèches 2013 sans oublier de se souhaiter d'excellentes fêtes de fin d'année.




          


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article