Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE 32 DEUCHE CLUB

BALADE A RABASTENS

7 Mai 2012 , Rédigé par Griss Publié dans #Automobiles

          Il y a la fille qui voulait voir Vierzon et qui a vu Vierzon, celle qui voulait voir Vesoul et qui a vu Vesoul, celle encore qui voulait voir Honfleur et qui a vu Honfleur.... Le 32 deuchiste, en ce 29 avril, veut voir Gaillac, mais ne voit pas Gaillac... pour cause d'erreur d'objectif de l'ordonnateur de la balade (le sieur JL A). En fait, pour l'heure, peu importe la destination du jour: le principal est de se retrouver, de rouler en profitant des rayons du soleil, lequel, depuis une quinzaine, ne daigne pas montrer le moindre bout de son appendice nasal. Aussi, est-ce avec joie qu'il est accueilli sur le parking du centre Leclerc à Auch  où la majorité des randonneurs se sont donnés rendez-vous. Sous la lumière vive et ardente les bicylindres brillent beaucoup plus que ces derniers jours.

DSCF9989

          Le programme de la matinée étant relativement chargé, la note d'organisation de la journée préconisait un strict respect des horaires, horaires bafoués dès le départ pour cause de léger retard de notre Jean Louis national. C'est donc à 8h 15 que le convoi aborde la rocade de la ville pour prendre, dans un premier temps, le direction de l'Isle Jourdain, plus précisément celle de l'aire de repos de Rudelle. La Dyane bleue apprécie particulièrement cette rocade que son propriétaire a longuement cogitée... Le peu de circulation sur la N 24 à cette heure matinale et les conditions météorologiques rendent le parcours agréable: comme un air de vacances flotte sur la verdoyante campagne gersoise.

DSCF9990

                A Rudelle nous attendent déjà René, Sylvain et Philippe, bien entendu accompagnés des charmantes Marie-Claire, Guylaine et Véro ainsi que de Florian, le dessinateur du club. Ces toulousains, dans un geste de bonté qui les perdra certainement un jour, ont rebroussé chemin pour venir chercher le reste de la bande. Ils seront d'un précieux secours pour traverser Toulouse sans encombre. Puis arrive dans la foulée la bande partie de Saint-Clar rejointe quelque minutes plus tard par l'autre Philippe, lequel malgré une panne d'oreiller, est parvenu dans les temps pour apprécier le café servi par le Président. C'est ce moment que le trésorier choisit pour vendre à tous les membres présents le drapeau nouvellement confectionné, emblème qui témoigne de l'attachement au Club. Et chacun de sortir ses 3€ pour enjoliver un peu plus son carrosse...

DSCF9969

          Le cortège qui comprend maintenant dix huit voitures auxquelles s'ajoute le HY quitte l'aire de Rudelle précautionneusement.

          Il s'agit de rejoindre le parking d'un super-market à l'Union afin de récupérer encore un équipage. René qui connaît le moindre recoin de Toulouse pour y avoir traîné ses guêtres dans sa jeunesse, prend la tête du convoi, Sylvain, quant à lui, le ferme. René roule à une allure sage: les toulousains, pressés même le dimanche, peuvent nous doubler sans encombre, donc sans râler... et c'est à bon port que nous arrivons. Nous y trouvons Francis et Gisèle, ravis de pouvoir participer à cette sortie. Les nuages au dessus de la ville rose s'estompent peu à peu.

          Bernard profite de ce bref arrêt pour se diriger vers la boulangerie: il en ressort, guilleret, clamant, gestes à l'appui, des "Vive Le Pain" laissant médusés tous les apolitiques du quartier, convaincus d'avoir entendu un autre slogan... Quelle erreur!!!

DSCF9996

DSCF9931

DSCF9997

          Le 32 Deuche Club est attendu à Rabastens sur le coup de 11h: c'est dire qu'il ne faut pas prendre racine à l'Union. Il nous reste une trentaine de kilomètres à faire. Jean Louis prend les commandes.

          Au sortir de la banlieue toulousaine, nous croisons nombre de dames qui nous saluent. Nous pensons surtout qu'elles manifestent leur plaisir de voir tant de 2CV à la queue leu leu. Nous saurons par la suite que c'étaient quelques anciennes conquêtes de René. Ayant appris par la presse spécialisée son passage sur les lieux, elles n'ont pu s'empêcher de lui rendre un petit hommage, en souvenir de slows langoureux et de soirées enivrantes... Il parait que Mister René was a real playboy when he was young...

DSCF10009

          A Rabastens nous retrouvons Daniel et Rose, Stéphane et Vanessa ainsi que Patrick qui profite de cette sortie pour inaugurer sa 2CV camionnette: il vient de la relooker aux couleurs de la Corse.

         A la cave des vignerons  Camille nous attend. Cette jeune "vigneronne" courageuse et entreprenante, également administratrice de cette cave, nous fait visiter toutes les installations qui permettent d'obtenir du bon vin à partir du raisin de la région. Elle parle en tonnes, en millions de bouteilles, chiffres incroyables pour la majorité des ignorants que nous sommes. Nos  deux deuchistes, vignerons retraités, Claude et Jacques, "boivent" toutes ses explications, heureux de constater que les véritables valeurs de leur métier n'ont pas disparu.

          A l'issue d'explications fort intéressantes, les 32 deuchistes ont droit d'escalader les cuves de fermentation et comprennent, en empruntant les étroits escaliers métalliques,  la rudesse du travail des employés qui, en période de vendanges, ne cessent de monter sur ces énormes cuves et d'en redescendre.

DSCF10015

DSCF9950

DSCF9937

DSCF9948

           Après quelques achats de bonnes bouteilles, les moteurs ronflent de nouveau pour rejoindre la maison familiale de Camille, le Castel de Brames, propriété comprenant trente hectares de vignes.

          Ici, Camille nous explique qu'elle garde une partie de sa production de raisin pour faire elle-même du vin et le vendre sur place. S'en suit une dégustation fort appréciée, préambule à quelques achats et apéritif de circonstance, apéritif "polycarburant" puisque Camille n'hésite pas à sortir plusieurs échantillons de sa production.

DSCF9972.JPG

DSCF9958.1

          Cette mise en bouche terminée, le 32 Deuche Club attaque son premier pique-nique de la saison sous un ciel dénué de nuages: comme toujours règnent à cette heure une ambiance "bon-enfant" et une certaine décontraction qui mettent le sourire aux lèvres. Après que les casquettes et autres couvre-chefs se soient imposés, Olivier sort le parasol du club, objet dorénavant indispensable lors de chaque sortie.

      Sous le regard des bicylindres presque parfaitement alignés, les mandibules entrent en action tandis que quelques plaisanteries fusent de ci, de là!

 DSCF9964  

DSCF9966

DSCF9968-copie-1.JPG

          Après que les panses aient été remplies, que les tables aient été rangées, Camille nous fait visiter son chai et explique à qui veut bien l'écouter les différences entre les vins qu'elle fabrique. Sylvain, plein de satisfaction, ivre de bonheur, a trouvé son tonneau personnel: il pense avoir vécu ici dans une vie antérieure... et, pendant qu'il se fait tirer le portrait, d'autres, satisfaisant un besoin naturel, sont littéralement polarisés par un vieille carcasse qui traîne à quelques encablures de là.

          Considérant que cette Dyane dénature quelque peu le paysage, un 32 deuchiste s'enquiert auprès de Camille de la destination future de ce trésor. Certainement la casse, répond-elle. Une brève conversation s'en suit de laquelle il ressort que Camille se fait une joie d'offrir cette guimbarde au club. Et c'est ainsi que la locomodeuche en construction trouve ici son deuxième wagon... Les mécanos n'ont plus qu'à affuter leurs outils pour le démontage des nombreuses pièces superflues!

         Cette balade en terres tarnaises a donc permis de joindre l'utile à l'agréable.

DSCF9983

DSCF9978

          C'est donc vers 16 heures, que le 32 Deuche quitte le chateau de Brames, en remerciant Camille pour son sourire, son hospitalité et sa générosité.

          Le régisseur de la journée attire sa bande vers Lisle sur Tarn, charmante bastide du XVIII ème siècle. Au centre ville, les deuches manifestent leur présence par quelques coups d'avertisseurs bien orchestrés et se dirigent vers le lac. La température clémente impose un arrêt pour un balade pédestre et chacun de constater que Brassens n'avait pas tort quand il prétendait que:

Les amoureux qui s'bécott'nt sur les bancs publics
S'fouttent pas mal du regard oblique
Des passants honnêtes

et que

Les amoureux qui s'bécott'nt sur les bancs publics
En s'disant des "Je t'aime" pathétiques
Ont des p'tit's gueul' bien sympatiques.

DSCF10005          Quant aux pêcheurs, absorbés par le flottement de leur bouchon à la surface de l'eau, ils oublient le passage des promeneurs, toujours discrets à leur hauteur.

          Cependant, les bonnes choses ont toujours une fin. Aussi, vers 17 heures, la troupe deuchiste commence à se séparer: après les au revoir et les promesses d'une prochaine "revoyure" les agenais partent dans une direction, les toulousains dans une autre, les auscitains et consorts dans une troisième.

          Cette dernière bande, après quelques kilomètres, effectue un regroupement, histoire de partager une fois de plus un verre de l'amitié et nombreux sont ceux qui s'étonnent de ne pas avoir eu à payer, aujourd'hui, la deuchedîme...

          Bien que personne n'ait vu Gaillac, cette balade deuchiste fut tout aussi agréable que les précédentes. Pour l'heure, rendez-vous est donné à Caumont les 16 et 17 juin, pour fêter dignement, avec nos voisins caumontois, leur dixième rassemblement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Duvaller 09/05/2012 22:28


Le ton de vos compte-rendu donne envie de participer à vos sorties. Je suis un fidèle lecteur, malheureusement trop loin du Gers pour mieux connaitre votre club. Continuez!