Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LE 32 DEUCHE CLUB

BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS

10 Avril 2015 Publié dans #Automobiles

BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS

Généralement, le printemps se confond avec une certaine métamorphose de la nature dont la renaissance de la flore et la réapparition du chant mélodieux des oiseaux ne constituent que quelques indices. Par ailleurs, cette saison marque la fin de l'hibernation de nombreux animaux: juponnés ou pantalonnés, les amateurs de bicylindres chevronnés en constituent une marque flagrante.

Aussi, en ce dimanche 12 avril, sortant de leur torpeur hivernale, vingt quatre équipages du 32 Deuche Club répondent à l'invitation de Céline et Olivier qui se proposent aujourd'hui de faire rouler les 135 du côté de Castelnau-Barbarens, douillette commune gersoise sise dans l'Astarac, au sud du département.

A l'heure du rendez-vous sur le parking du cher Michel Edouard, tout le monde est présent sauf, sauf, sauf... les organisateurs. Le contraire eut peut-être été étonnant. Souriant, calme et décontracté comme d'habitude, Olivier, large sourire au coin des lèvres, qualifie son retard d'excusable: il conduit aujourd'hui le HY, lequel aurait tendance à se traîner... En fait, personne ne croit le Président, car même s'il avait eu sa pimpante France 3, le résultat aurait été identique.

BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS

Mais après tout, qu'importe! Ce contretemps permet de faire connaissance avec Sandrine qui, bien qu'adhérente au club de longue date, fait aujourd'hui sa première sortie. Elle est accompagnée de ses deux garçons, modèles de sagesse.

Avant de prendre le volant, chacun se félicite de la clarté du beau ciel azuré. Cette agréable météo, résultat de la présence de l'anticyclone "qui va bien" engendre la bonne humeur et de larges sourires. Même Narcisse parvient à ne pas bougonner!

Vers 10 h moins quelque chose, les 2CV commencent sérieusement à s'impatienter. Les conducteurs sont alors invités à faire tourner les moteurs dans le cadre d'un départ imminent. Le drapeau fictif est baissé: les bolides se mettent au rythme du HY qui mène le cortège, défilé qui, à hauteur de l'hippodrome  soulève la curiosité des sportifs du dimanche, avides de montrer leurs dernières pompes....

Le deuchiste possède cette particularité de ne jamais agir comme les autres. Ainsi, la masse populaire, pour rejoindre Castelnau, serait passée par Pessan. Olivier en décide autrement. Il évite le chemin le plus court et via la zone industrielle d'Engachies, prend d'abord la direction de Montégut, commune haut perchée traversée par le bas, avant de rejoindre au travers de paysages reposants, Lussan, petite agglomération d'environ deux cents âmes.

Malgré les avertisseurs débridés, il semble que lussanais et lussanaises aient opté aujourd'hui pour la grâce matinée. Pas un visage ne pointe aux fenêtres!

Au sortir de ce petit village endormi, les 2CV continuent tout droit et parviennent, quatre kilomètres plus loin à l'Isle-Arné, bourgade pas plus réveillée que sa voisine. C'est l'occasion de passer devant un ancien restaurant qui fit quelque peu la gloire du village. Une gestion peut-être cahotique a obligé le trop verbeux propriétaire à en fermer les portes.

Au carrefour de la D 149 et de la D 40, les berlines, heureuses de respirer un air printanier, opèrent un virage à 90°. Sur sept kilomètres d'une route dont on pourrait penser qu'elle a été spécialement conçue pour les 2CV, elles longent l'Arrats (ou Arratz) qui prend sa source au plateau de Lannemezan et parviennent, sur le coup de onze heures, sur les hauteurs  de Castelnau Barbarens. A l'heure où les marseillais attaquent le pastis, Olivier décharge le HY et propose le café.

BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS
BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS
BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS

La visite du village s'impose.

Spontanément, les deuchistes se dirigent vers la superbe église Sainte Quitterie construite en 1867 sur l'emplacement du château des comtes d'Asbiac. Quant à la tour clocher datant du XVIIIème siècle et faisant partie intégrante du château sus nommé, elle est devenue clocher de l'église bien que n'y étant pas attenante.

A proximité immédiate, la chapelle Notre Dame de Pitié dont l'abside date du XIIème siècle et la nef du XVIIème est malheureusement fermée. Elle n'est utilisée qu'en période estivale comme bureau d'information touristique et espace dédié aux expositions artistiques.

Cependant, Castelnau possède une autre curiosité non mentionnée dans les guides, à savoir la maison de notre ami Paul, fidèle adhérent du club mais résidant en Australie. Qu'il ne s'inquiète surtout pas, le kangourou garde la demeure!

Le goût de l'arabica à peine passé, il convient de reprendre la route en direction de Villefranche d'Astarac où est prévu le déjeuner pique-niquestre.

BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS
BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS
BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS
BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS

Dans un concert de klaxons les 2 CV quittent cette cité tranquille et roulent maintenant vers Boulaur, bourgade  à partir de laquelle elles longeront la Gimone (qui elle aussi prend sa source au plateau de Lannemezan) jusqu'à destination en passant par Saramon et Simorre. Chemin faisant, elles passent devant quelques habitations sur les terrasses desquelles, compte tenu de l'heure, les glaçons cohabitent sur les tables avec les arachides grillées et autres pop-corns salés ou sucrés à point. Ces scènes éphémères mettent l'eau à la bouche des deuchistes....

Villefranche  offre l'hospitalité: sur la place du village les touristes du dimanche prennent leurs aises. "Ameublement de camping" déplié, ils s'apprêtent à boudiner, à saucissonner, mais pas avant que le Président n'ait offert une mise en bouche liquéfiée à proximité du HY. Et, alors que les gorges s'humidifient lentement, chacun y va de son commentaire quant à la beauté des paysages traversés, quant au calme des départementales empruntées, quant au bonheur d'habiter une si belle région, quant au plaisir de se retrouver autour des "bolides" multicolores. Oubliés les soucis, oubliés les emmerdes!

Petit à petit les deuchistes passent à table et se délectent des mets préparés par les  épouses bienveillantes. Le poulet fermier du Gers croise celui du super U, le Cochonou croise Justin Bridou tandis que le pâté de gibier croise l'Olida de chez Olida ou le Hénaff breton. Les pommes de terre froides croisent les chips, les carottes rapées croisent le céleri , le camembert de Camembert croise le camembert d'ailleurs... Bref, un vrai pique-nique 32 Deuchiste, obligatoirement terminé par les incomparables choux de notre chère Nicole qui n'effraient même pas les hypercholestérolémiques. Comment la remercier de procurer tant de plaisir au palais des gourmands ???

BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS
BALADE VERS CASTELNAU-BARBARENS

Vers 14h 15, en ayant une pensée de remerciement pour la commune qui a mis sa place et des toilettes à disposition des deuchistes, ceux -ci lèvent l'ancre et rejoignent Simorre où dans quelques instants aura lieu la visite du musée paysan d'Emile. Dans la continuité de l'esprit initié par son fondateur, le fameux Emile, ce musée présente de nombreux objets utilisés principalement par les paysans au début du XXème siècle.

Les deuchistes sont partagés en quatre groupe. Malheureusement, l'un d'eux bénéficie d'une guide rabacheuse, peu documentée sur les articles qu'elle est sensée expliquer...Telle une pie, elle récite... sans maîtriser le fond du sujet. Un peu dommage...d'autant que quelques pièces rares méritent un commentaire exact. Cependant, pour votre serviteur, pas besoin de bavardage face à aux superbes appareils photos qui pourraient bien prendre place dans son salon: ils ne dépareilleraient pas!

A l'issue de ce moment culturel, certains arpentent alors le marché aux fleurs, au centre de Simorre, d'autres optent pour une visite guidée de l'église Notre Dame, ancienne abbatiale. Aujourd'hui, cet édifice ressemble quelque peu à une église fortifiée. Cet état relève des différentes transformations subies entre 1844 et 1858, métamorphoses ordonnancées par l'architecte Viollet-Leduc.

D'après les participants, le guide maîtrisaient son affaire!

La journée touristique tire à sa fin.  Après mult bisous et poignées de main, les 32 deuchistes, dans l'attente de la prochaine sortie le 31 mai se séparent. Mais avant, nombreux se donnent déjà rendez-vous pour la Nationale à La Rochelle.

 

(Pour des raisons obscures d' informatique, il n'a pas été possible d'ajouter plus de photographies à ce reportage.)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article